11 avril 2012

Tatouage. ( vous me ferez 8 pages)

A la base, je n'aime pas trop les articles visant à montrer ses tatouages.
Non pas que ce ne soit pas interessant, ni joli, ni plein de diversité, simplement c'est quelque chose qui me dépasse. Je trouve ça un peu narcissique, un peu galvaudé, il y à dans le fait de se définir comme "meuf tatouée" quelque chose que je ne saisis pas et qui m'empêche de pleinement apprécier.
Peut être par ce que pour moi le tatouage devrait être quelque chose de naturel, comme allant de soi, un truc qu'on n'aurait pas besoin de notifier/glorifier/expliquer.
Je n'ai encore jamais ressenti le besoin de vous parler des miens, pour la simple et bonne raison qu'ils font partie de moi, de mon corps, qu'ils y sont intégrés et qu'aujourd'hui je n'y prête pas plus d'attention qu'à mon oreille gauche ou mon coude droit. Et, soyons honnêtes, je doute qu'écrire sur une partie de mon corps ou mes organes internes vous passionne au plus haut point. A la limite, je pourrais vous parler de mes seins ou de mon vagin, ça ne servirait pas à grand chose mais ça m'apporterait un max de traffic de mecs en chien.
Mais bon, Virguie à fait une rubrique "L'encre en vous", on m'envoie des mails (ok, j'en ai reçu 3, pas 30) pour me demander si je suis tatouée, ce qu'il y à d'écrit sur mes bras, tout ça tout ça. En plus, moi de l'encre j'en ai de la toute nouvelle, toute fraîche, encore toute croûteuse, sur ce coup c'est un peu l'univers qui conspire contre moi pour que je fasse une fois pour toute ce putain d'article tatouage. Alors, le voilà.

Je te parle ici de ma propre expérience, de mon ressenti. Le tatouage est une experience tellement personnelle, il y à de multiples façon de l'appréhender, ici je ne parle que du rapport que j'en ai et je ne dénigre en aucun cas les autres façons de le vivre et le gérer.


mais ou sont passés ses tétons?


Il n'y à pas véritablement d'histoire derrière les dessins de mes tatouages, je vais pas aller t'inventer des anecdotes pour justifier des motifs parfois banals (soyons honnêtes, on à déjà vu vachement plus original que des étoiles nautiques). A vrai dire, ce sont simplement des dessins qui correspondent à mes goûts du moment, j'en ai toujours un, deux ou dix en tête, qui cohabitent jusqu'à ce que soudain l'un d'eux s'impose à moi et devienne une obsession, parfois des années durant. Alors je ressens l'impérieux besoin de passer sous l'aiguille pour celui-ci ou celui-là.
Donc non, les dessins qui ornent ma peau, ce ne sont pas des symboles précis d'événements particuliers, ils n'ont pas de signification clairement identifiable, ils sont simplement des choix quasi-inconscients qui me définissent à une période donnée, à un instant T. Cela dit, il n'empêche qu'ils sont infiniment plus que de simples effets esthétiques, ma démarche va bien au delà du simple ornement. Si tu fouilles un peu plus loin, que tu creuses, que tu cherche des correspondances, ils ont une symbolique plus ou moins forte, mais que je n'ai pas spéialement cherchée ni remarquée au moment ou je les ai fait...Genre, je ne me suis pas dit que j'allais mettre un dragon pour la force, une fleur pour ma maman et un steack par ce que c'est l'aliment préferé de la Chine (Oui, la chine n'à pas un palais super compliqué, non, je n'ai pas de tatouage incluant un dragon, une fleur et un steack. Mais ça pourrait être drôle).
Mes tatouages en fait, c'est un peu l'équivalent de lapsus visuels, de l'écriture automatique en version picturale, du Rorshach figuratif : des trucs qui peuvent potentiellement en révéler beaucoup, sans forcément que tu t'en rende compte.

J'ai remarqué également que mes tatouages arrivaient toujours dans des périodes de transition. Je n'y fais pas attention sur le moment, mais aucun n'a dérogé à cette règle : ils ont tous débarqués quand j'étais sur le point de changer. En fait, c'est comme si tout à coup, de façon inconsciente, je ressentais le besoin de m'ancrer dans une réalité et dans un état donné, de l'encrer avant qu'il disparaisse et n'existe plus jamais.
Et c'est là que je réalise que mes tatouages sont des rites initiatiques, qui figent dans le temps la mouvance de mes idées, de mes projets, de ce que je suis et ce que j'ai été.

Dans cette optique, les arguments tels que "tu vas le regretter, un jour ça ne te correspondra plus" me semblent complétement erronés. Ce sont des souvenirs, des témoins palpables de la personne que j'ai été, qui parlent de ce que j'ai traversé, de la façon dont je me suis construite. Qui contribuent à ce que je suis, et qui contribueront également à ce que je serais. Mes tatouages, ce sont des jalons sur mon chemin de vie. Les bornes kilométriques de ma progression psychologique. Au même titre que mes cicatrices, ils parlent de l'adolescente que j'ai été et de l'adulte que je deviens doucement, ils parleront aussi de la vieille femme ridée qu'un jour forcément je serais.

Et à la différence de mes cicatrices, je les ai choisis, je les ai pensé, je les ai décidés puis interiorisés.

Ce choix de marquer sa peau, c'est également un formidable vecteur d'acceptation. De la même façon que tu vas peindre et customiser un meuble que tu trouve laid, j'encre des oeuvres d'art sur mon corps pour m'aider à mieux l'accepter. Je l'orne, je le décore, j'y fais peindre des motifs afin de pouvoir regarder mon avant bras, mon dos ou mes jambes avec plaisir et en me disant "ça, c'est beau ; ça, c'est moi".
C'est un contrôle que j'ai sur mon apparence, plus que le maquillage ou les fringues qui ne sont que des cache-misère surnuméraires, qui ne me permettent de me sentir jolie que le temps d'une journée, le tatouage lui ne me quittera jamais. Il est dans ma peau, il est à moi, il est moi. Pour toujours.

voilà, maintenant tu sais ce qu'il y à d'écrit sur mon bras droit


Après, il y à le rapport avec les gens.
Les plus proches de moi d'abord, mes parents: ma mère deteste, elle trouve ça laid, et trop masculin, et trop moche et trop gros. Elle à essayé de me dissuader quand, toute contente de moi, je lui ai montré le dessin. Elle n'aime pas.

Mais bon, c'est ma maman, mon corps c'est elle qui l'à fait, alors forcément elle n'apprécie pas que je dénature cette oeauvre "sacrée". Ca ne m'empêche pas de me faire tatouer, mais je la comprends. Pour elle, ça doit être un peu comme poser un graff sur un Duchamp, faire des moustaches à la Joconde ou une trace de rouge à lèvres sur "Carré blanc sur fond blanc" : un sacrilège.
Mais je la connais ma maman, elle est forte, et un peu plus d'encre ce n'est pas ça qui la détournera de moi. Et puis c'est l'avantage d'avoir 26 ans : être assez sûre de ses choix pour les assumer quel qu'en soit l'avis des gens qui nous entourent, même s'ils tentent de nous en dissuader.

Et puis, il y à la Chine, qui comme d'hab trouve ça joli mais s'en contrefout, et puis les gens en général. Souvent j'entends que ouais, ça plait pas, c'est trop rebelle tu vois. Je caricature, certes, mais c'est l'idée.
Mouais.
Il y à quand même un moment ou il faut arrêter de déconner, c'est pas 3 lettres sur le poignet ou un tramp-stamp en bas du dos qui vont nous foutre tricardes
de la societé et du marché de l'emploi. Il y à un moment, je ne sais pas ou, je ne sais pas quand, ou le tatouage s'est quand même enormément démocratisé et ou aujourd'hui il fait partie d'une esthétique globale et parfaitement assimilée. Soyons fous, parlons d'effet de mode. Mais le tatouage, clairement, n'est plus l'apanage des putes, des marins et des brigands, il à perdu ce côté freak qu'il avait auparavant.
Alors je ne sais pas, sans doute qu'il y à des reflexions, peut être même des regards de travers, en tout les cas je n'en ai jamais encore essuyé. Fut dire qu'avec mes cheveux, mon gros cul et mon rire bien trop sonore, il y à déjà bien assez pour jaser sans se préoccuper de ce que je me suis fait encrer.


Maintenant que j'ai clarifié les raisons pour lesquelles je me fais tatouer, on va parler de mon cinquième, le petit (gros) dernier. C'est un projet qui traînait vaguement, tout flou, à un stade subconscient, et qui s'est soudain amplifié quand j'ai vu le travail de Joe Moo. Du coup, cette vague envie est devenu un réél besoin, le trait de ce mec, la façon dont il tatouait, c'était pile poil ce qu'il me fallait pour ce projet, et c'est en pensant à son travail que je l'ai imaginé. Pour tout te dire, si ce n'avait pas été lui, ça n'aurait été personne d'autre, et j'aurais abandonné mon idée. Des vagues, ma jambe, un cachalot, c'était Joe Moo ou personne.
Du coup, c'est avant tout l'histoire d'un vrai coup de coeur, d'une quasi carte blanche donné à un artiste tatoueur.
Je l'ai fait Mardi, même que c'était trop la vie, et que j'ai un sourire niais tatoué sur la gueule depuis que c'est fini. Je le regarde avec des étoiles dans les yeux, je pègue tout mes draps rapport à l'Homéoplasmine qui graisse tant qu'elle peut, et Sans Sucre me suit partout, langue en avant, à essayer de me lécher le mollet tellement il kiffe le goût de la crème.

J'ai vachement hesité à te le montrer, ou pas.
Je t'aime lectrice, très fort, mais je crois que ça ne te regarde pas.

pour l'instant, tout ce que tu en verras, c'est un bout de truc cellophané

Alors peut-être que je le balancerais sur Hellocoton un jour d'ennui et de temps pourri, peut être que tu l'apercevras au détour d'une photo, peut être même que finalement je l'exhiberais pour me faire mousser, te montrer comme il est bien réalisé, faire de la pub pour mon tatoueur qui est un vrai génie du dermo.
Peut être.
Mais pas maintenant.
C'est encore trop frais, trop intime, trop entre mon cachalot et moi pour l'instant.

45 commentaires:

  1. Superbe article!
    J'aime ta façon d'écrire et de te mettre à nue sans trop en dévoiler!
    Nous aussi on t'aime, fooort!

    Merci pour cet article, vraiment
    Alice.

    RépondreSupprimer
  2. JE COMMENTE T'AS VU JE COMMENTEEEE OUAIIIS.
    bon, cet article je l'attendais trop, il est trop cool, trop bien, je suis d'accord avec toi sur pas mal de point (si je dis tous tu vas peut être flipper) BREF, j'adore, tu as raison, et quand je te lis je me dis qu'au final moi, mes tatouages je n'ai pas à leur trouver une signification, et quand j'y pense y'en a pas. Mes étoiles je les voulais, je les ai eu, mes noiraudes, j'aime trop leurs petites têtes, et mon appareil photo bah... ça coulait juste de source. VOILA, merci, merci pour cet article :D
    (je peux le mettre dans ma rubrique?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hahaha mais evidemment tu peux le mettre! Cela dit, vu que je ne montre quasiment rien je suis pas sûre que ça vaille le coup :p
      (jsuis trop une fouine en fait ^^)

      Supprimer
  3. Han tu as la réponse tatouée sur le bras, si ce n'est pas classieux! Plus sérieusement, j'apprécie cet article très personnel. Un point de vu interessant. Merci pour ce moment de confidence et bonne cicatrisation!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais que c'est super rare que les gens saisissent la référence? Pourtant je pensais que c'était universel quoi, merde ^^

      Supprimer
    2. Vu que j'habite dans le trou du cul du monde, au fond à droite, ça ne m'étonne pas. Ici le gens, y'zaiment la terre, la chasse et dire du mal des noirs. La fantasy, le fantastique et la geekitude (...) ça leur passe bien au dessus!

      Comme je suis chiée ><

      Supprimer
    3. M'enfin.....on ne connaîtra jamais la question associée ! Mais ça m'étonne que personne ne comprenne, dans ma classe la dernière fois qu'un calcul a aboutit à 42, tout le monde a rigolé et dit "bah c'était forcément ça" ^^

      J'avoue que je trouve ça trop cool comme tattoo le quarante deux ^^

      http://nobodystopie.blogspot.com

      Supprimer
    4. Si si on connait la question : "quel est le sens de la vie" et la réponse est "42". Il s'agit d'une référence à un livre "Le Guide du voyageur galactique" de D.Adams :)

      Supprimer
  4. j'allais dire plein de trucs, mais j'suis malade, alors je vais juste dire que j'aime ce billet, j'aime ta façon d'écrire, de dire les choses...

    RépondreSupprimer
  5. J'aime bien ta vision du tatouage. Et je dois avouer que je suis d'accord avec toi. Je n'ai pas de tatouage mais ça me plairait. Pour le moment j'ai des idées, mais tout est encore trop flou alors je me dis que je risque de le regretter, et étant piercée, je sais que tant que je me dis ça, c'est que mon idée n'est pas la bonne. Quand je n'aurai plus peur de regretter ce sera le bon. La bonne définition de ce que je veux exprimer. Parce que je suis plutôt du genre littéraire, alors j'exprime tout avec des mots, et je n'ai pas envie d'écrire ca sur ma peau, je veux que ca soit plus intime, et c'est la que ca coince, parce que je n'arrive pas à mettre "en image" ce que je veux dire... Alors le temps me dira quand ce sera bon!
    Sinon, je comprend que tu ne veuilles pas partager tes tatouages, n'importe qui peut les voir ici, donc je comprend, mais je ne peux pas nier que ma curiosité maladive à envie de savoir! Mais bon, peut-être qu'un jour tu voudras l'exposer et que je le verrais! Et peut-être qu'un jour on saura pourquoi quarante deux =) (oui non parce que ca aussi ma curiosité maladive elle a du mal) M'enfin, je suis tout aussi cachottière que toi, et ma curiosité, elle fermera sa gueule pour une fois =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu as tout à fait raison d'attendre d'être sûre, je suis persuadée qu'un jour ya un truc qui va s'imposer à toi, qui te restera en tête et que tu ne pourras plus zapper...Et ce sera le bon! :p

      Supprimer
  6. J'en ai un que je montre. Un témoignage, une déclaration d'amour, que moi seule peut comprendre. Un que je garde caché. Personnel, intime.
    Si on me demande si je suis tatouée, oui, deux fois. Si je peux montrer, c'est autre chose ça.
    Je ne suis pas pudique mais mon intimité est à moi.

    RépondreSupprimer
  7. Hey!

    Wah! Hummm, que dire à part que c'est top! Et comme je te comprends! Perso dans la famille, tout le monde est tatoué: Mon père (1), ma soeur (3) et moi (2). Alors les tatouages j'ai toujours voulu en avoir. C'est une identité, mon identité. Sur les deux que j'ai, j'en montre facilement un seul, le petit dernier (3 ans déjà! T'imagines? Maintenant il marche tout seul!) et l'autre, le premier, je le garde un peu plus... Ce sont des témoins, des marques, des ancres encrées, mes repères, et mes croyances. Ils ont une signification chacun. Une histoire. Profonde et/ou légère selon qui j'ai en face de moi. Mes tatouages c'est la vie.
    Je comprends certaines personnes qui sont contre le tatouage, et y'a pas de soucis avec ça. Mais c'est mon corps, ma vie, ma pensée et mes envies.
    Et puis ça fait 3 ans que je pense à un 3ème et je pense que cet hiver sera le moment même si je me suis toujours dit "Oui, mais lui il sera en couleur, il sera encore plus beau, plus gros, aussi incontournable, et je le ferai quand je serai posée..." Alors peut-être que ça arrivera pas aussi tard que ce que je l'imagine depuis 3 ans, mais tous les jours il devient de plus en plus présent. Je fais même du sport dans cette optique parce que je veux le poser sur un corps qui sera le mien, un peu plus ferme. Même si ça durera pas (la fermeté hein ^^) sur le moment je veux que mon corps soit comme ça. [racontage de life...]

    Et puis bon, ça sert à quoi d'avoir un corps si on peut rien faire avec! :p

    RépondreSupprimer
  8. J'aime beaucoup ton article et suis bien d'accord avec toi sur la démocratisation du tatouage ! Après évidemment, tout dépend de ce que tu te fais tatouer ! Le tatouage c'est quelque chose que j'ai en tête depuis très longtemps. Beaucoup de personnes autour de moi sont tatouées, je trouve ça beau (enfin là encore, tout dépend les tatouages hein !). J'ai envie de le faire, mais je n'ai pas encore trouvé le bon, celui que je ne regretterai pas et qui sera placé au bon endroit. Et puis merde, je suis une chochotte moi ! lol

    RépondreSupprimer
  9. C'est remarquablement bien écrit et vraiment c'est toujours un plaisir de te lire :)

    RépondreSupprimer
  10. J'aime beaucoup cet article, j'ai beaucoup aimé te lire. Au final, je suis satisfaite que tu ne l'ai pas montré, c'est ton petit coin de paradis tu dois le préserver ^^

    RépondreSupprimer
  11. J'ai toujours eu envie de me faire un tatouage. Quelque chose d'assez féminin. On en a discuté avec ma soeur et mon père a presque dit qu'il nous renierait si on en faisait un, qu'on allait le regretter quand on sera vieux et tout et tout. Un tatouage c'est pour moi une façon de montrer que j'accepte con corps, que je m'accepte moi, choses qui m'ont été particulièrement difficiles. Il n'est pas question pour moi de me faire tatouer la face d'Edward Cullen sur l'épaule mais quelque chose de fleuri et de sauvage.

    Merci en tout cas pour ton article, il est très philosophique malgré ce que tu en dis.

    RépondreSupprimer
  12. La réponse à la vie, l'Univers et tout le reste sur ton bras, tu gères ! GG. Tu as une place énorme dans mon estime là !

    RépondreSupprimer
  13. La réponse à la question sur l'univers la vie et tout le reste! Si ça c'est pas la classe ultime! :)

    RépondreSupprimer
  14. Tu as LA réponse ^^ C'est grandiose !

    J'ai trois tatouages et j'ai vraiment aimé ton article car cela correspond à ma façon de voir les choses et ta vision sur le vieillissement des tatouages est très intéressante.
    J'ai une sorte de tribal qui me prend tout le bas du dos et parfois les gens sont là "ouais un tribal, comme c'est original". Et là, j'ai envie de répondre "et? on joue à qui pisse le plus loin?" J'avais envie d'un simple dessin, de volutes et de rondeur, quelque chose de purement ornemental. J'avais envie d'embellir mon corps et c'est tout. De la déco au même titre que mes piercings et mes stretchs. Et ça m'a réellement aidée à aimer mon corps un peu plus.

    Merci pour ce bel article :)

    RépondreSupprimer
  15. alalaaaa j'ai tellement envie d'un tatouage, sa fait des années que j'en ai envie, le même à la même place. Mais je cicatrise mal et j'ai peur que sa devienne tout gonflé alors je le fais pas, mais y'a des jours sa me démange drolement, parce que j'ai l'impression quand je regarde ma cheville qu'il me manque quelque chose pour être moi.

    RépondreSupprimer
  16. Oh, quel bel article et quelle belle plume ! Moi qui cogite pour un tatouage, je crois que tes mots l'ont emporté sur mon hésitation... J'ai une grande cicatrice à cacher suite à un accident, et je voudrais l'orner, la faire mienne, transformer ce trait maladroit du hasard en trait déterminé d'artiste tatoueur. Alors go, et vivent nos corps tels qu'on les pense, nous !

    RépondreSupprimer
  17. Je me retrouve dans tes mots.
    Mon prochain projet n'attend que mon DIeu du tattoo à moi ;) Je n'ai pas encore trouvé LA personne pour ce projet là. Le tatoo, qu'il soit dans un endroit visible ou non, je ne cherche pas à le montrer, je vis avec - simplement, je ne m'habille pas en fonction, je n'en parle pas sauf si on vient me poser des questions. C'est à peine si je dis le "pourquoi du comment" j'en suis arrivée à me faire tatouer. C'est comme ça, c'était naturel, un besoin. Quelque chose qui est moi.

    Par contre... Je ne suis pas capable de savoir si ce tattoo sera le dernier.

    RépondreSupprimer
  18. En tant que tatouée qui a fait un article sur son blog, la première partie de ton article m'a fait marrer...
    Et puis pour la suite, j'ai juste hoché de la tête tout du long...
    Les tatouages, c'est un truc personnel. Je me sens toujours con quand on me demande combien j'en ai... Je réponds, mais honnêtement, je ne vois pas ce que ça apporte aux gens (surtout que plus de la moitié ne sont pas visibles au quotidien).
    Enfin bref, je voulais juste dire que WAHOO Joe Moo quoi. Pour peu qu'on s'intéresse un minimum à l'univers du tattoo, on connaît forcément son nom !
    Voilà, c'est tout !

    RépondreSupprimer
  19. Billet très personnel, intime et chouette. 42! Eh bien...la réponse à tout. Référence de geekette?

    Pour moi, parler du tatouage ce n'est pas forcément narcissique ou galvaudé en général...je le vois plus comme l'expression artistique d'un besoin de symbolisme. ça te vient des tripes, je crois.

    Moi, je ne suis pas tatouée et je ne me ferai certainement jamais tatouer, mais mon chéri se fait actuellement tatouer une très grande pièce dans tout le dos et donc, je me rend compte de la dimension de ce que ça représente pour lui.

    Il y a quelque chose dont tu n'as pas parlé dans ton billet et c'est peut-être justement parce que tu fais des petits tatouages (petits? moyens?), mais il y a la notion de douleur et aussi chez certains une sorte de rituel initiatique au travers de cette souffrance.

    Car se faire encrer tout le dos, ça fait très mal, notamment quand je vois qu'il y passe 6 heures d'affilé. Et il en a pour 10 mois comme ça...donc à ce stade, je pense qu'il le vis au fin fond de lui même, que c'est limite grâce à cette souffrance que l'on visualises mieux les tracés encrés dans la chair...et pour le coup, son dessin à lui, était réfléchi...comme quelque chose qui a mûri dans sa tête pendant des années et des années et qui se concrétise enfin...

    sinon pour ma part, j'ai par mon enfance vécu au Japon, toujours raccordé le tatouage à ceux des Yakuzas (j'en ai connu quelques-uns). Et là encore, c'est bien plus que du narcissisme...c'est le signe d'appartenance à un clan, à une communauté. C'est un lien indélébile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La douleur, je n'en ai pas parlé, tout simplement par ce que je ne voulais pas non plus écrire un billet-fleuve et que je trouvais ça déjà bien assez long...Et puis, avouons le, je voulais m'éviter les questions cons du "est ce que ça fait mal?".

      J'en parlais avec mon tatoueur hier justement, et il est clair que si se faire tatouer se faisait sans douleur, je n'aurais pas la même attirance. Il y à une notion de contrôle total de son corps, de s'infliger volontairement un truc. J'ai besoin de "mériter" mon tattoo, en quelque sorte, de sentir que je suis passé au delà de quelque chose de douloureux pour l'avoir.


      Je n'ai, à AUCUN moment, dit que le tatouage était un acte narcissique. Je pensais pourtant avoir exprimé à travers mon article à quel point c'était lourd de sens et d'implications pour moi, même si ça reste souvent du domaine du quasi-inconscient. (après je me suis peut être mal exprimée aussi)
      Donc oui, se faire tatouer C'EST un truc qui vient des tripes, ou en tout cas ça devrait l'être à chaque fois.
      Par contre, en parler ensuite et ne dire en substance que "Ouais, j'ai un tatouge, il est trop beau oulala et je trouve que ça fait rebelle", desolé, je n'y vois ps d'interêt. Ni artistique, ni quoi que ce soit, pour moi c'est juste une forme d'exhibition.
      Je ne dis pas que c'est mal, juste que la démarche, en tout cas, ne me parle pas.
      En fait j'ai l'impression que tu t'es arrêtée au premier paragraphe du billet, c'est rigolo ^^

      Supprimer
  20. J'aime bien que tu définisses tes tatouages comme des "bornes kilométriques", des points fixes dans ton existence. C'est un peu la conception que j'en ai : le tatouage comme une chose sûre et stable dans une vie chaotique et en bordel. Comme un repère, en fait.

    RépondreSupprimer
  21. plus je te lis, et plus je me sens (très) proche de toi...
    merci!

    RépondreSupprimer
  22. Eh bien, pour quelqu'un qui ne voit pas l'intérêt, tu nous as quand même écrit un beau pavé ! :p
    Et sinon, question complémentaire : plutôt tatouages noir et blanc ou couleurs ? (oui, ta cote montera ou baissera selon la réponse :p)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois pas l'interet des articles "visant à les montrer"...Ici, je ne les montre pas, j'explique juste ma vision du truc :p

      Plutôt noir&blanc, mais avec un projet en couleurs ^^

      Supprimer
  23. J'aime beaucoup tes articles, je te lis depuis peu, mais je ressens toujours une profondeur dans chaque article. J'aime beaucoup ta façon d'écrire.
    Je trouve ça personnellement très signifiant comme choses les tatouages, j'en ferais quand j'aurais vers les 20 ans, quand on corps aura plus grandi, quand j'aurais eu ma majorité aussi.
    J'ai regardé vite fait les travaux de Joe Moo, ils sont géniaux, j'aime beaucoup ! Merci pour tes articles :)

    RépondreSupprimer
  24. J'aime beaucoup tes explications, ça se rapproche pas mal de ce que je pense au sujet des tatouages, mais j'arrive jamais à mettre les mots dessus...
    Je me suis faite tatouée l'année dernière, j'ai pas commencé doucement puisque c'est un dos. On me demande fréquemment la signification, et je préfère dire que c'est pour l'esthétique, car déjà c'est vrai, mais aussi car il y a tellement de façons d'appréhender la signification du dit tattoo que je me perds toujours dans mes explications (comme maintenant quoi ahah!)
    Bref tout ça pour dire que j'aime cet article, et je comprends complètement que tu ne veuilles pas l'exposer sur le net !

    RépondreSupprimer
  25. Sérieux, tu as un tatouage "quarante-deux"... je t'aime, meuf.

    Et je partage ta conception du tatouage comme "borne kilométrique". J'ai envie de marquer ma peau pour avoir ce truc tout le temps avec moi, comme un souvenir, un truc à ne pas oublier.

    RépondreSupprimer
  26. HAN MAIS!!

    Ca veut dire que tu vas bientôt changer!

    RépondreSupprimer
  27. J'adoore ta façon d'écrire super article très juste en tout. Les tatouages pour moi c'est pareil c'est quelque chose qui fait partie de moi parce que je l'ai décidé... J'en ai un derrière la nuque du coup à part quand j'ai les cheveux courts sinon il est que pour moi et j'en ai deux autres en tête à voir ...

    RépondreSupprimer
  28. Hey j'ai été tatouée (deux fois) par Joe Moo aussi... et comme je dis à chaque fois, si je retourne sous le dermo ce sera avec lui et personne d'autre !

    RépondreSupprimer
  29. Quel article ! Je n'ai pas vraiment de mot.

    Juste pour te dire, que j'ai "chercher" un peu et que si ce que j'ai trouver est bien ton cachalot à toi. Il est juste magnifique !

    RépondreSupprimer
  30. Article sympa mais dommage qu'il y ait tant de problèmes d'accentuation...On en trouve là où il ne faut pas et là où il en faudrait, il n'y en a pas. C'est bien de se relire avant de publier, même si l'article est long.

    RépondreSupprimer
  31. J'adore ton article. Et j'aime ce tatouage au bras. Sinon, pour être plus claire tu aurais put écrire Cachalot et pétunia à coté du 42 ^^
    Merci pour cet article.
    Eva

    RépondreSupprimer
  32. Tu as raison : on n'a pas besoin d'expliquer un tatouage, c'est personnel !

    J'espère te voir sur mes blogs : strongisthenew-skinny.blogspot.fr ou sunny-spirit.blogspot.fr

    Bisous bisous !

    RépondreSupprimer
  33. Comme je suis à la ramasse, c'est seulement maintenant que je vois ton article. Mais ça me rassure, j'ai pas l'air d'être la seule.

    Pour les tatouages, en effet, chacun à sa motivation, son approche de la chose. Perso, j'adore aussi, mais tous ont une signification pour moi... Le tatouage a été pour moi une façon de me "réapproprier" mon corps, à une période où je ne contrôlais plus rien (merci les problèmes hormonaux)... ça a aussi été une façon de m'affirmer, d'assumer enfin pleinement qui j'étais...

    Là, je veux faire le troisième, mais j'ai un truc tellement précis en tête que j'ai peur que personne n'arrive à le dessiner comme je le veux... En prime, il y a le coté professionnel : il va se voir, et dans ma branche, ça risque de me jouer des tours auprès des employeurs.
    Du coup, j'y réfléchis encore, mais j'ai le tatouage qui me démange...

    RépondreSupprimer